Category: Actualités

janvier 5th, 2021 by La Rédaction
  • Le télétravail affecte davantage la « génération numérique » quant à leurs aspirations professionnelles.
  • Les gains de productivité significatifs permis par les nouvelles technologies sont reconnus comme essentiels pour le monde du travail de demain.

Paris, le XX décembre 2020 – Alors qu’un nombre important de salariés continuera de travailler à distance dans les prochains mois, une nouvelle étude[1] révèle qu’une grande partie des employés de bureau sont préoccupés par leurs perspectives de carrière. Ainsi, plus de la moitié (51 %) des personnes sondées quant à l’avenir du monde professionnel sur le long terme, s’inquiète sur leur capacité à assurer le maintien de leurs compétences, étant donné le manque de formation et l’absence d’opportunités d’évolution[2].Les données fournies par Sharp et analysées par une universitaire de renom mettent en lumière l’impact de ce phénomène sur la génération numérique, qui mettrait leur évolution professionnelle en attente.

Menée auprès de 6 000 salariés de PME en Europe, cette nouvelle enquête montre l’impact que la pandémie de la COVID-19 a eu sur les besoins des professionnels, et révèle leurs attentes quant aux méthodes de travail de demain. Sharp publiera d’autres résultats dans une prochaine édition de son rapport sur « Le monde du travail de demain », prévue pour le début de l’année 2021.

Malgré ces inquiétudes, la majorité de la génération numérique, soit les moins de 30 ans, trouvent que le télétravail les a rendus plus productifs (51 %), et les technologies au centre de cette pratique permettraient à 63 % d’entre eux de se montrer plus efficaces. Cependant, plus de deux tiers (61 %) des collaborateurs de moins de 30 ans ont également davantage de difficultés à se tenir informés de ce qui se passe dans leur entreprise, tandis que 55 % d’entre eux se sentent coupés du reste de leur équipe. Un peu plus de la moitié de ces personnes ont également du mal à rester motivés. Enfin, 24 % d’entre eux expriment des inquiétudes quant à la possibilité d’entretenir la motivation d’une équipe à distance.

Malgré l’impact positif des nouvelles technologies, ces moins de 30 ans semblent ne pas avoir les compétences essentielles nécessaires pour progresser dans leurs carrières, et ce, à cause du télétravail. « Nous assistons à une tendance émergente où la nouvelle génération de travailleurs, en tant que natifs du numérique sachant utiliser les nouvelles technologies, se retrouvent face à eux-mêmes, contraints de tout découvrir seuls », explique  Kraus, psychologue s’intéressant à l’avenir du monde professionnel.

« Cette génération doit non seulement apprendre à tirer pleinement profit de ces technologies, mais aussi développer des compétences générales pour progresser dans leur métier. Les craintes de ces jeunes employés vis-à-vis de leur développement professionnel viennent probablement d’un manque de communication et de visibilité de la part de leurs collègues et managers, dans un contexte de télétravail. Il est donc important pour les employeurs de veiller à fournir des conseils et une plateforme formalisée où l’apprentissage entre pairs est encouragé et se produit naturellement même à distance. »

L’enquête montre que les moins de 30 ans attendent de leurs employeurs qu’ils les soutiennent en leur proposant des opportunités d’apprentissage et de développement. Interrogés quant à leurs expériences pendant le confinement, 63% d’entre eux estiment que ces opportunités sont devenues un paramètre plus important. De même, 41 % des télétravailleurs estiment que leurs employeurs devraient leur offrir la possibilité d’apprendre de nouvelles choses par le biais de formations en ligne ou d’ateliers conçus pour l’ensemble du personnel.

« Nos jeunes employés sont clairement préoccupés par l’impact à long terme de la pandémie sur leur carrière », déclare Rob Davis, responsable des solutions et services chez Sharp. « À l’heure où les entreprises cherchent à se préparer au monde professionnel de demain, il est important de s’assurer que la génération numérique puisse elle aussi bénéficier des ingrédients fondamentaux et essentiels à leur développement, et à ce que les nouvelles technologies soutiennent leur apprentissage et leur collaboration à mesure que les méthodes de travail évoluent. 

Chez Sharp, nous sommes convaincus que l’humain est au cœur de la réussite des entreprises. Nous considérons donc le contexte actuel comme une opportunité de mettre en place des changements positifs et de faire en sorte d’être mieux préparés pour les prochaines générations. » 

En France, quel est l’impact du télétravail sur la vision du monde professionnel de la génération numérique ?

Avec le développement généralisé du télétravail, en France et pendant le confinement, 1005 employés issus de PME ont été interrogés sur leur vision du travail depuis le début de la pandémie. Parmi eux, Sharp a dégagé les principales tendances chez les employés âgés de 21 à 30 ans.

L’enquête a permis de révéler que plus de la moitié des personnes de cette tranche d’âge estime que le télétravail les rend plus productifs (51%), et 61% estiment que ce gain de productivité est offert par les nouvelles technologies. Parallèlement, 44% des jeunes ont des difficultés à rester pleinement motivés en télétravail.

La France est le pays européen dans lequel la génération numérique ressent le plus de difficultés à rester informés de l’actualité de leur entreprise (67%) et que le télétravail instaure une barrière avec leur équipe (60%). Le télétravail représente donc selon eux une réelle menace au sentiment d’appartenance à une entreprise et à la cohésion d’équipe. En complément, 35% des jeunes français interrogés sont préoccupés par un manque d’opportunités professionnelles au sein de leur entreprise.


[1] Enquête menée par Censuswide pour le compte de Sharp auprès de 6 018 employés de PME (10-250 salariés) au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Suède, en Italie et en Pologne

[2] Statistique combinant les répondants (51 %) ayant choisi « L’absence d’opportunités de développement professionnel », et/ou « Garder mes compétences au goût du jour », et/ou « Le manque d’accès à des formations » comme principale(s) préoccupation(s) ou source(s) d’inquiétude vis-à-vis de l’avenir du monde professionnel sur le long terme.

Posted in Actualités

décembre 11th, 2020 by La Rédaction

La semaine dernière, le leader dans la fabrication en temps record de prototypes et de pièces de production en petites séries a lancé une nouvelle plateforme e-commerce révolutionnaire dans toute l’Europe.

Protolabs, qui travaille avec des milliers de concepteurs de produits, ingénieurs et équipes d’approvisionnement dans le monde entier, a également prévu de déployer cette plateforme sur le continent américain dans le courant de l’année.

Compte tenu de l’impératif de réduire les délais de développement de produits, du besoin d’outils évolués de gestion de projet et de la nécessité d’options supplémentaires dans une nouvelle ère de production à la demande, cette nouveauté représente une ressource plus complète et efficace pour les ingénieurs concepteurs d’aujourd’hui et de demain.

Son lancement intervient à l’heure où les secteurs de l’ingénierie et de la fabrication du monde entier s’efforcent de résoudre des problématiques extrêmes sur leurs marchés et au niveau de leurs chaînes d’approvisionnement.

 « Aujourd’hui plus que jamais, l’important est d’agir rapidement et de veiller à être les premiers à commercialiser de nouveaux produits, ou à en proposer lorsque les clients en ont besoin », expliqueBjoern Klaas, vice-président et directeur général de Protolabs Europe. « C’est la raison pour laquelle nous avons été ravis de lancer notre toute nouvelle plateforme d’e-commerce en Europe la semaine dernière. »

« Si les délais de tests des pièces et de commercialisation de produits ont toujours été essentiels dans tous les projets, ils le sont encore plus aujourd’hui. Compte tenu des bouleversements sans précédent auxquels nous assistons sur nombre de nos marchés en raison des réglementations, de la demande de la part des clients, de la pandémie et de l’innovation technologique fulgurante actuelle, le fait de pouvoir agir et changer rapidement de stratégie peut faire toute la différence entre réussite et échec. »

La nouvelle plateforme de fabrication numérique permet aux utilisateurs de gérer leur prototypage et leurs exigences de production à la demande avec une simplicité considérablement accrue. Comme son prédécesseur, elle offre la possibilité de créer des devis de pièces incluant des analyses de faisabilité (DFM). Mais désormais, elle propose en outre une interface plus intuitive, conviviale et rapide grâce à laquelle les utilisateurs peuvent créer des projets en téléchargeant plusieurs fichiers ; partager des devis avec leurs collègues ; visualiser des prix mis à jour en temps réel en fonction des spécifications des projets ; et profiter de l’ensemble des trois services de Protolabs (impression 3D, usinage CNC et moulage par injection) en un même point.

Dans le cadre du service de moulage par injection, la nouvelle plateforme inclut une fonction de courbe de prix permettant de comparer différentes options, afin de choisir entre prototypage et production à la demande. Grâce à cet outil, les utilisateurs disposent d’une visibilité complète sur le coût, qui est mis à jour en temps réel à mesure qu’ils ajustent la quantité de pièces.

Le nouveau service de production à la demande prend également en charge l’outillage de transition, aide à gérer les urgences au niveau de la chaîne d’approvisionnement, et couvre l’ensemble du cycle de vie des produits. En outre, les moules restent la propriété des clients et font l’objet d’une maintenance illimitée.

 « Nous sommes le fournisseur leader pour une grande variété de pièces d’impression 3D, d’usinage CNC et de moulage par injection en petites séries », poursuit Bjoern Klaas. « Pour arriver à ce stade, nous avons donné à nos clients encore plus de contrôle avec notre nouvelle plateforme d’e-commerce et notre offre de production à la demande. »

« Il y a 21 ans, nous avons révolutionné notre secteur en automatisant le processus de fabrication traditionnel. Aujourd’hui, nous le révolutionnons encore avec cette nouvelle plateforme. L’industrie vit actuellement une période charnière, et nous sommes conscients qu’à l’heure où les besoins des clients évoluent, la chaîne d’approvisionnement doit jouer son rôle en proposant davantage de rapidité et de flexibilité. »

Disposant de sites de production sur trois continents, Protolabs aide ses clients à accélérer le développement de produits destinés à une variété d’industries (automobile, aérospatiale, médicale, industrie lourde et électronique). La société a récemment investi 5 millions de livres sterling pour développer son siège européen de Telford (Royaume-Uni), et ce dans le but de répondre à la hausse de la demande en matière d’usinage CNC et de moulage par injection. En outre, l’entreprise a également dépensé 15 millions d’euros pour la construction d’un nouveau centre d’impression 3D à Putzbrunn, en Allemagne.

Pour visionner la vidéo de présentation cliquez ICI  

Pour plus de renseignements, visitez www.protolabs.fr.

Posted in Actualités

novembre 10th, 2020 by La Rédaction

Une nouvelle marque fait son apparition dans la gamosphère. SureFire est la nouvelle marque de Verbatim, spécialement conçue pour les amateurs de jeux sur PC et consoles[1].  Les premiers produits lancés sous cette nouvelle marque sont le disque dur externe SureFire GX3 et le SSD SureFire GX3, et plus de 20 autres produits et accessoires de jeu devraient être lancés avant la fin de l’année.

 « Avec le nombre croissant de personnes restant à la maison, la consommation de jeux vidéo a connu une forte augmentation au cours des derniers mois.  Ils ont l’avantage de permettre à des amis de jouer en ligne, de continuer à avoir des échanges agréables et de partager des moments ensemble« , a déclaré Clive Alberts, président de Verbatim GmbH.

« Tous les produits que nous lancerons cette année et en 2021 seront conçus pour durer, être faciles à utiliser et offrir un excellent rapport qualité-prix afin de séduire un large éventail de joueurs de tous âges et de tous niveaux en Europe« , a ajouté Clive Alberts.  « Les premiers produits que nous lançons sont nos disques durs externes et nos SSD, et ceux-ci seront bientôt suivis par des souris, des casques, des hubs et d’autres produits qui ont été spécialement conçus pour une expérience de jeu haute performance« .

Le stockage prolongé des jeux

Macintosh HD:Users:Laura:Downloads:Verbatim Lifestyle Pictures Gaming GX3 HDD SSD_53681 53682 53683 53684_9 (1).jpgPlayStation, Xbox, ordinateurs portables et PC ont des capacités de stockage limitées et les jeux les plus récents les atteignent rapidement sans laisser de place à de nouvelles découvertes.  Les nouveaux disques durs et SSD SureFire offrent un stockage étendu spécialement conçu pour les joueurs qui souhaitent sauvegarder leurs jeux sur un appareil pratique, de grande capacité et mobile.

Avec le disque dur SureFire de 2 To, capable de stocker jusqu’à plus de 50 jeux[2], les joueurs n’ont plus à choisir quels jeux supprimer de leur console ou de leur PC pour faire de la place à de nouveaux – ils peuvent tous les conserver, en toute sécurité, sur le disque SureFire ou les emmener partout avec eux pour y jouer, seul ou entre amis.

Les disques durs et les SSD SureFire sont « plug and play », ce qui permet aux joueurs d’être opérationnels en quelques minutes. De taille compacte et sans câble d’alimentation, ils sont très pratiques pour jouer à la maison ou pour les emporter facilement et profiter de ses jeux partout où l’on se trouve.  Le lecteur peut également être utilisé comme un périphérique de stockage externe ordinaire s’il n’est pas utilisé pour jouer.

Les disques SureFire sont équipés de lumières LED multicolores RGB changeantes, en accord avec les installations de jeu modernes, et d’un design attrayant et branché, influencé par ceux des dernières consoles. Les lecteurs sont livrés préinstallés avec le logiciel Nero Backup[3] pour une sauvegarde complète du système et une fonctionnalité de restauration qui permet aux utilisateurs de programmer des sauvegardes automatiques.

Dotés de l’interface USB Superspeed 5Gbps (USB 3.2 Gen1), permettant un chargement et une sauvegarde rapides des jeux, les périphériques SureFire HDD et SSD comprennent un câble Micro-B vers USB-A et un adaptateur USB-A vers USB-C qui permet aux propriétaires de Mac et de PC de bénéficier d’une connectivité améliorée aux ports USB-C et USB-A.

Le disque dur SureFire GX3 a un prix de vente conseillé de 73,99€ euros pour la version 1 To (PN 53681) et de 93,99€ euros pour 2 To (PN 53682), tandis que le SSD SureFire GX3 a un prix de vente conseillé de 99,99€ euros pour la version 512 Go (PN 53683) et de 159,99€ euros pour 1 To (PN 53684).


[1]  Consoles prenant en charge les périphériques de stockage externes

[2] Le nombre de jeux variera en fonction de la taille des fichiers, du formatage et d’autres programmes.  Calcul basé sur une taille moyenne de jeu de 30GB-50GB.

[3] Le logiciel de sauvegarde Nero ne convient qu’au système d’exploitation Windows.

Posted in Actualités

septembre 23rd, 2020 by La Rédaction

Le scanner 3D Artec Eva Lite aide à la création de soutiens-gorge sur mesure

Attaches trop serrées dans le dos, bonnets qui ne tiennent pas en place, bretelles qui glissent des épaules, ou armature qui rentre dans la peau… Toutes les femmes ont déjà connu au moins un (sinon tous) des désagréments susmentionnés, ce qui a conduit nombre de femmes à délaisser leur soutien-gorge. Pour celles qui souhaitent le conserver, qu’il soit balconnet, corbeille ou emboitant et qui ont trop souvent l’habitude de le relever ou d’en ajuster les bretelles pour la énième fois de la journée, la styliste hollandaise Lidewij Vera Arí van Twillert a décidé d’apporter des solutions grâce à un soutien-gorge sur mesure.

Une ingénieure-styliste pour lutter contre les désagréments des soutiens-gorges

Et si une femme pouvait porter un soutien-gorge sur-mesure spécialement conçu pour épouser exactement ses formes, avec des bretelles adaptées à ses épaules, le design de son choix, et un style répondant à son confort et à ses préférences ?

« J’ai toujours été fascinée par la mode et, lors de mes études d’ingénieur, j’ai décidé de combiner ma passion pour les technologies avec le stylisme », commente Lidewij van Twillert. « La technologie du scan 3D m’a inspirée à créer le soutien-gorge sur-mesure optimal. »

En 2015, après avoir décroché son diplôme de l’Université de technologie de Delft et créé le design d’un soutien-gorge à la fois confortable, joli et offrant un véritable maintien, la styliste a décidé de fonder son entreprise, Ari van Twillert.

« Aujourd’hui, le design et la fonction du soutien-gorge sont dissociables : ils sont soit confortables, soit jolis. Je voulais construire un projet où l’esthétique et la fonction ne font qu’un. » affirme-t-elle.

Des impératifs de précision pour un confort d’utilisation auxquels seules les technologies de scan 3D répondent

Un tel objet personnalisé exige des mesures incroyablement précises. C’est là que le scanner 3D, en l’occurrence, un Artec Eva Lite entre en scène. Ce scanner 3D peut fournir des scans 3D de haute qualité et sans texture lors du scan d’objets riches en géométrie, ce qui le rend idéal pour numériser le corps humain, comme un puzzle, en assemblant images 3D en un scan 3D.

Soulignons également que ces mesures sont prises sans toucher physiquement la cliente, ce qui est important pour le confort de celle-ci. 

L’ensemble du processus est conçu autour de l’individu. Du scan à la réalisation, il dure de six à douze semaines et inclut jusqu’à trois essayages. La méthode de travail comprend trois parties : scan, sélection du design, et essayage.

Pour commencer, chaque cliente est invitée au studio, où les options pour le design de son soutien-gorge lui sont proposées. Après cela, le scan 3D est effectué. « Une fois que j’ai choisi le tissu et le modèle, on m’a expliqué chaque étape du scan », raconte Roos, une cliente d’Ari van Twillert.

Le curvearis, alliance entre technologie et mode : du 3D et du modernisme

L’élément clé du soutien-gorge sur-mesure est le curvearis breveté de l’entreprise – une alternative à l’armature et à son fameux manque de confort. Il s’agit d’un nouveau type de support sur-mesure imprimé en 3D et formant le schéma technique de votre soutien-gorge.

Une fois le curvearis et les patrons de couture personnalisés, le tissu est coupé et une impression test du curvearis est réalisée à l’aide d’une imprimante 3D Ultimaker.

À partir de là, un soutien-gorge en mousseline est cousu pour l’essayage. Des ajustements sont apportés le cas échéant et, une fois le soutien-gorge parfaitement adapté, le soutien-gorge est fabriqué et envoyé à la cliente.

« Il est doux et épouse parfaitement mon corps, commente une client qui porte désormais régulièrement son soutien-gorge sur-mesure. Aucune pression ni frottement sur ma peau, ce qui arrive souvent quand je porte un soutien-gorge ordinaire. »

Si l’entreprise prospère déjà, elle n’en est toutefois qu’à ses débuts. Van Twillert s’est lancée dans de nouveaux projets et designs – à commencer par le contour bustier, personnalisé de la même façon.

Posted in Actualités

mai 31st, 2020 by La Rédaction

Artec 3D, développeur et fabricant mondialement connu de matériel et de logiciels 3D professionnels, annonce aujourd’hui la sortie d’Artec Studio 15, la dernière version de son logiciel primé. Grâce à ses nouvelles fonctionnalités scan vers CAO, les utilisateurs peuvent effectuer des opérations élémentaires de contrôle qualité et de rétro-ingénierie directement dans Artec Studio 15, économisant ainsi du temps et des efforts. La reproduction améliorée des couleurs et les transferts de texture d’un modèle à l’autre permettront aux artistes experts des effets spéciaux numériques de créer encore plus facilement des modèles réalistes. Qui plus est, les algorithmes optimisés garantissent une précision et une vitesse maximales lors du scan avec les scanners 3D portables, longue portée et de bureau d’Artec

Expérience utilisateur améliorée

Le Pilote automatique optimisé, les outils d’alignement automatique plus avancés, l’enregistrement de texture nouvelle génération, et le chargement de projet où chaque scan a son propre processeur dédié, augmenteront la productivité des utilisateurs. L’espace de travail visuellement repensé, la création de nouveaux dossiers personnalisés et l’interface personnalisable leur permettent d’adapter le logiciel à leurs préférences.

Les algorithmes optimisés garantissent précision et vitesse maximales lors du scan avec les scanners 3D portables, longue portée et de bureau d’Artec. En calculant la trajectoire de scan la plus efficace, le mode Scan intelligent du scanner Micro numérise la quantité optimale de surfaces en un minimum d’images, pour fournir des scans entièrement automatisés et en ultra-haute résolution avec une minimale.

Nouvelles fonctionnalités pour le contrôle qualité

Des opérations de contrôle qualité dans Artec Studio sont possibles en alignant les scans sur les modèles CAO importés, y compris au format STEP, IGES et X_T. Des comparaisons de cartes de distance surfacique et des mesures d’une précision micrométrique de tous les modèles 3D créés permettent de repérer les incohérences entre un scan et un modèle CAO. Les scans peuvent également être adaptés avec des primitives CAO, telles que des sphères, des cônes, des plans et des cylindres. Pour des processus et outils plus complexes, les utilisateurs peuvent exporter vers n’importe quel logiciel d’inspection complet, tel Geomagic Control X.

Fonctionnalités boostées pour la rétro-ingénierie

Après le scan, les primitives peuvent servir à extraire des données géométriques clés dans un format CAO immédiatement utilisable dans SOLIDWORKS ou un autre logiciel de CAO. En outre, l’outil Positionnement précis d’Artec Studio 15 permet aux utilisateurs de positionner les modèles dans le système de coordonnées. Les modèles peuvent être exportés dans des formats CAO populaires pour une transition aisée directement dans SOLIDWORKS, Geomagic Design X et d’autres logiciels de CAO.

Textures vives pour les effets spéciaux numériques

La reproduction améliorée des couleurs et les transferts de texture d’un modèle à l’autre serviront aux artistes spécialisés dans les effets spéciaux numériques. Le logiciel retire toutes les données couleur indésirables sans intervention manuelle de l’utilisateur. L’intensité peut être modifiée à l’aide d’un curseur de niveau de suppression. Cet outil fonctionne de la même façon que l’outil de réduction des reflets. Le transfert permet aux utilisateurs de cloner les textures de modèles existants et les transférer sur de nouveaux modèles.

Artyom Yukhin, président et directeur général d’Artec 3D, commente : « Les avancées que nous avons réalisées avec les algorithmes de scan 3D nous aident à progresser en ce qui concerne la précision, la rapidité et l’utilisabilité. Nos nombreuses fonctionnalités font gagner du temps aux utilisateurs de tous niveaux de compétences. Cette année, les fonctionnalités scan vers CAO feront bondir la productivité des utilisateurs effectuant des tâches de rétro-ingénierie et d’inspection. »

Posted in Actualités

avril 25th, 2020 by La Rédaction

Sharp Europe annonce la formation d’un partenariat avec TeamViewer, le leader des technologies d’accès à distance. Grâce à cette alliance, les partenaires éditeurs de logiciels du fabricant pourront se connecter en toute simplicité à une sélection d’écrans Sharp via TeamViewer, et répondre ainsi aux besoins des clients en matière de solutions visuelles grâce à des fonctionnalités de gestion à distance.

Ces technologies de premier plan permettront de prendre entièrement le contrôle d’un écran à distance, y compris pour installer ou désinstaller des applications, visualiser un aperçu de la configuration d’un appareil, échanger des fichiers avec le dispositif d’affichage, ou profiter à tout moment de fonctionnalités accessibles depuis n’importe quel appareil connecté.

Les solutions de téléassistance de TeamViewer seront disponibles sur tous les écrans Sharp tournant sur Android, à savoir les modèles de la gamme PN-B/M, ainsi que ceux des gammes PN-HB et PN-HM – qui permettent de tirer parti de cette technologie en ultra haute définition. La nouvelle série BIG PAD PN-TH1 étant également compatible avec cette solution, ce sont en tout 13 dispositifs d’affichage Sharp qui seront compatibles avec la solution de TeamViewer.

« Nous sommes ravis de collaborer avec TeamViewer, le leader du télétravail, afin d’offrir les meilleures solutions d’assistance qui soient à nos clients et partenaires », confie Magali Moreau, Responsable Marketing France et Europe du sud « Cette alliance s’inscrit dans le cadre de notre mission consistant à créer l’environnement professionnel de demain à l’aide de technologies de nouvelle génération. »

« Nous sommes fiers de travailler aux côtés de Sharp », confie Constantin Falcoianu, directeur du développement et des solutions IoT chez TeamViewer. « Notre accord permettra d’assurer une gestion complète et à distance de leurs affichages grâce à notre solution leader. Les partenaires de Sharp pourront ainsi garantir une assistance rapide, raccourcir les temps d’arrêt et diminuer leurs coûts. »

Posted in Actualités

avril 20th, 2020 by La Rédaction

Dans ce contexte sanitaire inédit le chirurgien parisien Roman Khonsari et l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (APHP) a lancé Covid3D.org, une initiative, financée par l’Université de Paris et le groupe de luxe Kering, a pris forme en s’appuyant sur les technologies 3D. Le projet, qui conciste à imprimer en 3D des masques de ventilation, se devait d’avoir une large portée et de pouvoir rassembler précision, rapidité et qualité. Des exigences indispensables pour produire du matériel médical.

Les technologies 3D contre le coronavirus

L’objectif : lancer une opération d’impression 3D à Paris, permettant la conception et l’impression rapide, bon marché et à la demande de matériel médical. Le défi : démarrer à zéro dans un domaine inconnu.

Il était par ailleurs essentiel d’agir rapidement compte tenu du nombre croissant de cas et de la fermeture des usines aux quatre coins de la planète. Grâce au soutien et à la mobilisation de cinquante médecins, ingénieurs, développeurs, entrepreneurs et membres des secteurs public et privé, Covid3D a été lancé en à peine 10 jours.

« Aucun manuel ne vous explique comment imprimer en 3D du matériel médical lors d’une pandémie mondiale, souligne le professeur Roman Khonsari. C’était un défi majeur nécessitant un travail juridique considérable. En temps normal, nous n’aurions pas été en mesure de le relever. Nous étions en train de créer un tout nouveau cadre pour l’impression d’équipement médical. »

Le problème n’était pas uniquement lié à la pénurie de matériel médical dans les hôpitaux parisiens, d’après le chirurgien. Face au ralentissement des activités des centres de fabrication américains et chinois et à l’utilisation strictement locale de leur production, le besoin en équipements médicaux ne se limitait plus à ceux utilisés dans le cadre du Covid-19. Des objets d’importance vitale étaient nécessaires, incluant valves, matériel d’intubation, respirateurs, pousse-seringues, masques, et connecteurs médicaux.

Le scanner 3D, gage de fiabilité pour une production d’urgence

Il est important de se rappeler que les objets imprimés et scannés ne sont pas forcément complexes – « Nous ne construisons pas les pièces d’un vaisseau spatial ! », commente Roman Khonsari. Toutefois, leur utilisation médicale exigeait les niveaux les plus élevés de qualité, de précision et de sécurité.
Pour se faire les équipes de l’APHP, ont utilisé un scanner 3D, le Artec Space Spider conçu pour numériser de petits objets en haute résolution avec une précision constante et des détails complexes, avec sa technologie de lumière bleue.

Le respect des règles juridiques a représenté le plus gros défi pour l’équipe de Covid3D. « Nous n’en pouvions plus, souligne le professeur Khonsari. Nous travaillions nuit et jour sur la qualité de ce que nous imprimions. » Face à l’urgence de la situation, des dérogations ont pu être obtenues pour ce genre d’impression et l’équipe est désormais en règle à condition de respecter un protocole strict.

« Nous devons d’abord prouver que le dispositif en question n’est pas disponible et qu’aucun autre dispositif ne peut le remplacer », explique le professeur Khonsari. Une fois la pénurie établie, l’impression de l’objet n’est autorisée que si le protocole est strictement respecté – pour garantir non seulement que l’objet a été imprimé selon des standards satisfaisants mais également qu’il peut supporter un nettoyage et un contrôle qualité sans être détruit. Les techniques de nettoyage médical incluent la stérilisation et la désinfection au moyen de méthodes rigoureuses qui pourraient abîmer les objets fragiles.

En seulement trois semaines, un tout nouveau système a été installé dans l’abbaye de Port-Royal, bâtiment historique voisin de l’hôpital Cochin. Soixante imprimantes 3D y produisent sans discontinuer divers équipements médicaux sous la supervision d’une équipe de cinq ingénieurs se relayant. Les objets imprimés sont séparés en lots de 100. Dans chaque lot, un objet est scanné en 3D avec Artec Space Spider pour contrôler sa qualité.  

Les modèles à imprimer sont soit adaptés à partir de scans de dispositifs existants, soit entièrement dessinés par les ingénieurs. Les scans permettent de comparer les objets venant d’être imprimés à leurs originaux.

Si le scan démontre que le nouvel objet répond aux critères de qualité et que les caractéristiques clés de chaque objet sont maintenues, le lot réussit le test de contrôle qualité. S’il échoue, le lot entier est jeté. Pour les dispositifs où la précision des tubes intérieurs est requise, la tomodensitométrie est utilisée conjointement avec Space Spider.

Un avenir pérenne pour un dispositif d’urgence

Maintenant que les obstacles juridiques ont été franchis et qu’un protocole a été mis en place, l’équipe est convaincue que son projet peut continuer – et elle est prête pour l’avenir. En proposant des objets pouvant être imprimés à faible coût et en grande quantité, elle fournit une nouvelle manière de gérer les situations d’urgence.

Sélim Amrani de CADvision, partenaire agréé d’Artec 3D, affirme que si les technologies 3D peuvent offrir une réponse rapide, la qualité importe davantage. « Au cours des deux premiers mois, beaucoup d’entreprises ont essayé d’apporter leur aide en imprimant des visières ou des valves, commente-t-il. Or, ce genre de pièces ne sont pas si faciles à imprimer. Nous devons respecter des normes spécifiques. » Le scan 3D occupe ainsi le devant de la scène en matière de contrôle qualité.

Pour le professeur Khonsari, il ne s’agit que d’un début. « Dans l’avenir, une solution d’impression 3D similaire pourra être construite dans des zones de guerre ou afin de lutter contre une nouvelle pandémie », souligne le chirurgien. Son équipe a d’ores et déjà été contactée par des organisations françaises et européennes, mais aussi mexicaines et africaines.

Avec la levée progressive des mesures de confinement en France, Roman Khonsari et son équipe anticipent déjà une nouvelle augmentation du nombre de cas dans un avenir proche. « Nos capacités de production sont suffisantes pour que nos hôpitaux puissent compter dessus, souligne le chirurgien. En cas de deuxième vague, nous sommes prêts. »

Posted in Actualités

janvier 12th, 2020 by La Rédaction

Artec 3D, développeur et fabricant de matériel et de logiciels 3D professionnels mondialement connu, annonce avoir remporté la prestigieuse récompense d’Entreprise de l’année 2019 en scan 3D / Métrologie, décerné par 3D Printing Industry, éminent site spécialisé dans les technologies 3D.

Une récompense de renommée internationale

Organisée par les  3DPI , spécialistes des tendances, des avancées et des technologies de scan 3D et d’impression 3D, la cérémonie annuelle de remise des prix présente plus de 20 catégories, telles que « Contribution remarquable à l’impression 3D » et « Logiciel de l’année », attirant des participants du monde entier. En compétition avec une dizaine d’entreprises de renommée mondiale, Artec 3D a été présélectionné puis a remporté le premier prix dans la catégorie « Entreprise de l’année en Scan 3D / Métrologie ». Ces deux dernières années, Artec a lancé deux scanners 3D spécifiquement conçus pour les applications métrologiques, dont le scanner LEO , lui-même récompensé récemment par le prix Golden Mousetrap.

Un prix remporté grâce à la confiance des fidèles clients

Depuis plus d’une décennie, Artec 3D offre des solutions professionnelles de scan 3D à des entreprises du monde entier. Dans de nombreux secteurs, des experts se fient aux puissants outils 3D pour une numérisation rapide et précise des données pour des applications telles que la rétro-ingénierie, le prototypage rapide, le contrôle qualité, la fabrication additive, et beaucoup d’autres.

« Rien n’aurait été possible sans le soutien et la confiance de nos clients à travers le monde. Nous nous engageons à poursuivre le développement de solutions de scan 3D primées pour répondre à leur besoin et dépasser toutes leurs attentes » Commente Andrei Vakulenko, Chief Business Development Officer chez Artec 3D.

Posted in Actualités

décembre 23rd, 2019 by La Rédaction

L’histoire de son succès a commencé il y a cinquante ans, dans le garage de l’ingénieur physicien Reid Anderson, dans la Silicon Valley, en Californie, pour devenir la référence internationale en matière de supports de stockage de haute qualité. Verbatim fête son cinquantième anniversaire en tant que leader du marché international des supports optiques de stockage, avec également une vaste offre d’autres types de produits de stockage de données et une activité importante dans les secteurs de l’impression 3D et des accessoires informatiques.

L’entreprise a été fondée en 1969 sous le nom de Information Terminals Corporation (ITC), par Anderson qui a su reconnaître le potentiel commercial des supports de stockage informatique.  Son tout premier produit fut une bande placée dans un boîtier de cassette. Plus tard, l’entreprise a développé ses propres cassettes avec un boîtier en polycarbonate extrêmement solide permettant une exécution de précision.  En 1972, ITC détenait une part de marché de 90 % sur le marché international grâce à ce produit et employait environ 30 personnes.  En 1973, les ingénieurs chez ITC ont fait évoluer la disquette 8 pouces de IBM en créant une coque spéciale qui protégeait la disquette contre les dommages et les salissures.  L’entreprise continua sur sa lancée et, en 1976, la toute première usine de fabrication de supports de ITC vit le jour. Ici, les disquettes recevaient un revêtement unique de Téflon au moyen d’un procédé de fabrication innovant.  Ces disquettes furent lancées sur le marché sous le nom « Verbatim », qui signifie « littéralement » en latin. Plus tard, elles sont devenues disponibles en format 5,25 pouces.  Par rapport aux supports d’aujourd’hui, ces disquettes grand format ne pouvaient stocker que très peu de données : seulement quelques pages de texte !

Alors que l’entreprise ne vendait jusque-là ses produits qu’aux équipementiers (OEM), elle décida d’élargir son activité pour y inclure le secteur du détail.  L’entreprise comptait déjà plus de 1 000 salariés quand elle fut rebaptisée Verbatim pour rendre hommage à son produit le plus vendu, puis elle fut cotée en bourse en 1979. Deux ans plus tard, le lancement de la disquette DataLifePlus lui a permis d’accroître sa renommée internationale en tant que fabricant de supports de stockage de haute qualité.

Afin de poursuivre sa croissance sur le marché japonais, Verbatim a constitué une entreprise commune avec Mitsubishi Kasei. En raison du succès de la disquette 3,5 pouces pendant les années qui ont suivi, et des besoins de financement pour la construction de nouvelles usines de fabrication, l’entreprise a dû être vendue à Eastman Kodak, société spécialisée dans la photographie et le cinéma, en 1985.

Toutefois, au bout de cinq ans de collaboration, Mitsubishi Kasei (qui a ensuite fusionné avec Mitsubishi Petrochemical pour former Mitsubishi Chemical Corporation) est redevenu propriétaire de Verbatim en 1990. Aujourd’hui, la société mère mène ses opérations sous le nom de Mitsubishi Chemical Media.

Dans les années 1990, Verbatim est devenu leader du marché des disquettes, mais la tendance évoluait déjà vers des supports de stockage magnéto-optique de plus petit format, offrant plus de capacité de stockage : dans ce domaine, Verbatim a pris une longueur d’avance pour occuper actuellement la première place mondiale dans le secteur des supports vierges de type CD, DVD et Blu-Ray.  À l’époque, et même aujourd’hui, Verbatim était l’un des rares fabricants à inclure tous les formats et produits populaires dans son offre, y compris de nombreux produits testés avec succès que l’entreprise a été la première à mettre sur le marché.  Freecom, qui fête ses 30 ans cette année, est une autre division de l’offre de Verbatim. Cette marque fournit des disques durs et des SSD haut de gamme dotés de fonctionnalités innovantes à sa clientèle fidèle. 

En raison de la croissance exponentielle des volumes de données, la demande en matière de supports de stockage est également en croissance constante avec des solutions de stockage mobiles telles que les disques durs externes, les SSD, les périphériques USB et les cartes flash qui font tous partie intégrante de la gamme de produits de stockage utilisés aujourd’hui pour de diverses applications.  Même s’il s’agit de supports de stockage optique qui sont en déclin depuis quelques années au profit des technologies de streaming, ils sont toujours considérés comme le meilleur moyen de stocker les données archivées sur le long terme grâce à leur durée de vie et à leur compatibilité avec les technologies antérieures (les dernières générations de lecteurs optiques sont capables de lire les disques anciens).

« Les clients veulent d’abord de la fiabilité, mais aussi la sécurité de leurs données.  Nous satisfaisons ces exigences grâce à notre travail de développement méticuleux en utilisant les meilleurs composants et les meilleurs procédés de fabrication de précision », confie Clive Alberts, récemment nommé président de Verbatim EUMEA.  « Notre slogan reflète cette préoccupation majeure : Technology you can trust, c’est-à-dire une technologie de confiance, et que nous tenons nos promesses depuis cinq décennies. » 

« Nous sommes fiers de notre histoire, toujours en première ligne sur le marché des supports de stockage grâce à nos innovations. C’est ce que nous souhaitons poursuivre à l’avenir tout en renforçant quelques domaines spécialisés tels que celui des produits de stockage de données sécurisées et des accessoires informatiques de haute qualité.  Nous avons également une magnifique opportunité de pouvoir accéder à des technologies exceptionnelles, comme des matériaux pour l’impression 3D et de les commercialiser. Nous allons chercher à maintenir notre croissance sensible dans ces catégories importantes au fil des prochaines années », déclare Clive Alberts.

Posted in Actualités

novembre 30th, 2019 by La Rédaction

Sharp annonce aujourd’hui la sortie du premier écran de collaboration Windows au monde à bénéficier de la certification Skype for Business de Microsoft. Cet écran 4K Ultra HD de dernière génération est conçu pour favoriser et optimiser le travail collaboratif. Cet écran interactif de 70 pouces s’intègre pleinement dans un environnement Microsoft dont il respecte toutes les spécifications, tout en combinant la technologie tactile primée de Sharp et des capteurs qui peuvent fonctionner avec Microsoft Azure Digital Twins pour gérer les espaces collaboratifs.

Le Windows Collaboration Display de Sharp apporte aux entreprises les outils nécessaires pour se connecter et collaborer instantanément. Le tout premier écran au monde à avoir décroché la certification Skype for Business est doté d’une caméra intégrée de pointe avec capteur 4K, d’un microphone offrant une large captation et d’enceintes qui garantissent aux utilisateurs une expérience audio et vidéo optimale et de haute qualité. L’USB-C intégré permet une connexion simple et unique, ce qui réduit le temps passé à installer les périphériques nécessaires à la réunion.

Selon le rapport de Sharp intitulé « Creating the perfect meeting environment », qui étudie l’impact de l’environnement intérieur sur la performance des employés de bureau, les employeurs pourraient améliorer la performance de leurs collaborateurs de 20 % simplement en augmentant l’apport d’air frais dans les bureaux et les salles de réunion[1]. Les capteurs IoT (Internet of Things – soit Internet des Objets) du Windows Collaboration Display permettent d’assurer un suivi de ce type de données et les transmettent à la plate-forme Azure Digital Twins pour aider les responsables des services généraux à gérer au mieux les espaces de travail.

Ces fonctionnalités avancées s’inscrivent dans la vision de Microsoft, qui cherche à intégrer la puissance du cloud intelligent dans le lieu de travail, en utilisant une combinaison d’IA (Intelligence Artificielle), d’IoT et d’outils de productivité pour créer un environnement plus productif et collaboratif. Les entreprises pourront utiliser ces données pour améliorer la gestion des systèmes de chauffage, de climatisation et de réservation de salle en fonction de l’utilisation réelle de l’espace.

Le Windows Collaboration Display de Sharp a été conçu pour fonctionner parfaitement avec les outils Microsoft courants, que les collaborateurs et les organisations utilisent déjà sur leur lieu de travail. Office 365 offre aux entreprises une suite d’outils digitaux pour le travail d’équipe par le biais de Microsoft Teams, une plate-forme qui réunit les conversations, le contenu et les outils en un seul endroit et facilite ainsi le travail collaboratif.

L’écran interactif de 70 pouces offre l’expérience collaborative ultime grâce à la technologie « Pen-on-Paper » de Sharp, une sensation d’écriture instantanée et précise proche de celle d’un vrai stylo sur du papier. La technologie tactile capacitive de 10 points de contact (P-CAP) aide à créer une expérience tactile intuitive, qui améliore la performance des utilisateurs lorsqu’ils présentent du contenu ou animent une réunion de travail.

Magali Moreau, Responsable Marketing France et Europe du Sud, déclare : « Sharp est fier d’optimiser significativement le travail collaboratif et la productivité en équipe grâce au premier écran de collaboration Windows au monde. Il suffit d’entrer dans la pièce et de se connecter instantanément pour collaborer ; en outre, il permet de contrôler et d’optimise l’environnement de travail. L’écran est le périphérique idéal pour créer un bureau toujours plus intelligent : c’est la pièce maîtresse d’une salle de réunion et votre lien avec le reste de votre équipe et du monde. »

Le Windows Collaboration Display est dès à présent disponible auprès de Sharp et de ses partenaires. Pour plus d’informations, rendez-vous ICI


Posted in Actualités